HEU-REUX ! et vous ?
Comment atteindre vos limites
Comment atteindre vos limites

« Ha, là, j'atteins mes limites ! » Vous avez certainement déjà entendu cette phrase, et certainement même prononcée, ou pensée. Hé oui, parfois, on n'arrive plus à avancer. Pourtant nous n'avons pas atteint nos limites.

Vos limites sont si lointaines

Quand vous « coincez », cessez de penser que vous avez atteint vos limites. Vous n'avez aucune idée de tout ce que vous êtes capable de faire. Vos capacités sont gigantesques ! Vos limites sont loin, très loin, tellement éloignées que vous ne les atteindrez jamais dans la plupart des domaines. Cessez de croire, quand vous voyez, à la télé ou dans un stade, un homme faire un exploit sportif (je pourrais faire la même démonstration avec un scientifique, un explorateur, un homme politique), que cet homme – ou cette femme – est un surhomme. C'est faux. Il a juste fait le nécessaire, il n'a pas compté ses sacrifices, et... Il ne s'est pas remplit la tête de pensées limitantes. Quand il battait son record et n'y parvenait plus ensuite, il ne se disait pas « j'ai atteint mes limites », il se disait « je n'ai pas assez ou pas assez bien travaillé ». Même si c'est plus confortable d'accuser son corps ou son intellect que de reconnaître sa passivité.

Les bonnes questions

L'erreur, c'est que vous confondez souvent vos limites avec vos blocages. Quand vous cessez de progresser, naturellement vous pensez que vous ne POUVEZ plus progresser. Or c'est simplement qu'il faut que vous changiez de méthode, ou que vous reprogrammiez votre inconscient. Si vous avez un blocage, faites-le tomber. Sauf si ce que vous poursuiviez ne vous tient finalement plus trop à cœur. Mais posez-vous la question : dans ce cas-là, pourquoi aviez-vous commencé cette quête ? N'êtes-vous pas en train de vous trahir vous-même en renonçant ? Je ne sais évidemment pas si c'est le cas, mais ce serait désastreux pour votre estime de vous et par conséquent pour votre bonheur.

Le remède

Le remède est bien évidemment dans la tête. A partir du moment où vous prononcez une phrase limitante, votre inconscient l'enregistre et va tout faire pour vous décourager d'aller à l'encontre de cette limite posée par votre intellect. C'est normal : son but, c'est de vous protéger. Donc si vous dites à votre inconscient que là est votre limite, il fera tout, ensuite, pour vous enlever l'envie d'aller au delà : si au delà de la barrière il y a un précipice, il est dangereux d'escalader la barrière. Vous recevrez ainsi, de la part de votre protecteur inconscient, des signaux de peur, d'angoisses, qui vous ferons perdre vos moyens, et donc échouer si vous persévérez quand même. Est-il possible de tromper voter inconscient me demanderez-vous ? Drôle de question : bien sûr que oui, c'est possible, puisque vous le faites tout le temps ! Il suffit d'affirmer à son inconscient quelque chose de plus proche de la réalité, comme par exemple : « je rencontre pour le moment une difficulté que je n'arrive pas à dépasser, mais je vais travailler à la surmonter ». C'est plus long, mais moins handicapant. En revanche, cela vous oblige ensuite à travailler, sans quoi votre inconscient va vous envoyer des messages culpabilisants...

Précédent




Connexion à PayPal...

Veuillez patienter SVP...